Partagez|

J'aime les quiproquos ft Didi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Naissance : 14/03/1990
Age : 28
Messages : 138
Date d'inscription : 03/04/2018


MessageSujet: J'aime les quiproquos ft Didi Mer 25 Avr - 22:54

♛ J'aime les quiproquos
paroles de chanson par ici, ou citation de votre choix.

▼▲▼

Qu’est-ce qu’il aimait son club ! Pour être honnête, il l’aimait encore plus depuis la fusion. Beaucoup plus de clients. Des femmes. Des hommes. Beaucoup plus de choix. C’était comme devant la carte d’un restaurant. Si on peut prendre entrée-plat-dessert, on ne se prive pas et on fonce. Avec Floriano, c’était un peu le même principe. Pourquoi, choisir ? Pourquoi se priver de ce que l’Homme avec un grand H puisse lui apporter ? Non, cette fusion était la meilleure chose qui pouvait arriver à sa boite. Pas seulement parce que le choix était plus diversifié. Il avait plus de plaisir à venir travailler. Fut un temps, où il restait dans la partie VIP, à regarder son club. Se demandant, comment le rendre meilleur. Maintenant, il passait plus de temps derrière le bar. A se demander, s’il était vraiment un chef. Peut-être qu’il devrait faire comme son frère ou Liam. Mais, il aimait ce contact. Plus que tout, il aimait le jeu de séduction. Ou simplement, voir des jeunes femmes lui faire les yeux doux en espérant avoir un verre gratuit. C’était le plus drôle. Voir leur déception dans leurs regards lorsqu’elles comprenaient qu’il n’en avait rien à faire. Gros con ? Non, il était pas non plus le dindon la farce. D’accord, il était loin d’être un sain, mais il n’était pas du genre à faire mariner une femme s’il n’était pas intéressé ? Il pouvait être un peu gentleman de temps en temps. Mais, ce soir, il n’avait pas l’intention de finir seul. Il n’allait pas choisir la première qui poserait son imposante poitrine sur son bar, mais il n’allait pas faire le difficile non plus. En parlant, de faire le difficile. Voilà qu’une jolie brune dans une robe rouge s’approcha doucement vers lui. Elle n’était ni trop maquillée, ni trop bimbo. Peut-être difficile à convaincre de le rejoindre pour une nuit, mais le challenge avait toujours fait parti de son vocabulaire. « Un coca, s’il vous plaît ? » dit-elle lorsqu’elle s’approcha du bar. Mince, cela allait être plus difficile que prévu. Pourtant, elle était parfaite. Des lèvres fines. Des courbes généreuses. Il regarda sa main droite, et vérifia qu’elle n’était pas mariée. Sa maman se retournerait dans sa tombe, s’il brisait un ménage. Rien à signaler de ce côté là. Il était temps de positionner ses pions et de jouer sa partie préféré de la séduction. « Pour un coca, je peux vous l’offrir, on ne dira rien au patron. » dit-il avec un large sourire.

En réalité, il pensait avoir plus de mal à la convaincre de la rejoindre dans la réserve. On dit souvent que les plus sages sont les plus coquins. Il venait d’avoir la réponse. C’était même la jolie brune qui avait lancé l’invitation. « On se retrouve dans dix minutes, au niveau du couloir est. Il y a une petite porte qui donne dans une réserve. » dit-il à la charmante jeune femme. Même pas besoin de payer un hôtel. Il finit de servir un client avant de laisser ses employés faire le travail. La fête battait son plein. Plus tôt dans la soirée, Taylor lui avait envoyé un message pour lui dire qu’elle passerait. Pourtant, il n’avait pas vu sa petite tête brune à l’horizon. Peut-être qu’elle avait changé d’avis. Peut-être qu’elle était encore en train de pleurer à cause de Tiago. Il l’appellerait après son petit tour dans la réserve. Il se faufila à travers la foule, rejoignant sans attendre la petite pièce. Il mentirait, s’il disait qu’il n’était pas serré dans son pantalon. Il était même très excité. Une jolie brune dans ses bras. Nue. Peut-être même qu’avec un peu de chance, elle aimait peut-être utiliser sa langue. Rien qu’à cette idée, il se sentit encore plus à l’étroit. Il se faufila encore plus rapidement encore. Lorsqu’il arriva dans le couloir, il était désert. Il regarda à droite, puis à gauche, avant de rentrer doucement. Il n’alluma pas la lumière. Il n’avait pas vraiment besoin, une petite fenêtre laissé voir la lune. Éclairant assez pour leur petite affaire. Il eut à peine le temps de se demander, si elle allait mettre longtemps à venir, lorsque la porte s’ouvrit. Il ne prit même pas le temps de vérifier. Il referma la porte, attrapant la jeune femme, au passage. D’un mouvement pressé, il la colla contre la porte, ses mains sur hanche, ses lèvres capturant les siennes. Sa langue cherchant celle de la jeune femme, pendant que ses mains étaient déjà descendues vers le bas de sa robe afin d’accéder à la partie plus intime.
CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: J'aime les quiproquos ft Didi Jeu 3 Mai - 23:15


Floriano Thomas & Diana Evans

J'aime les quiproquos !


Bon, je dois avouer que Taylor n'avait peut-être pas tors pour une fois. Ce club est assez sympa. En tout cas, la musique est plutôt bonne et on s'amuse bien toutes les deux. En ce qui concerne les hommes, c'est une autre histoire, je les trouve bien trop jeunes ! Taylor a beau dire ce qu'elle veut, je ne suis pas ce genre de femme à sortir avec un homme plus jeune, en général je les préfère même plus vieux. Je veux un homme, je ne veux pas d'un enfant. J'avais rejoins le bar alors que Taylor m'avait dit qu'elle allait aux toilettes. Je nous commande de nouvelles boissons afin d'étencher notre soif après avoir dansé. J'en profite pour discuter avec le serveur un peu qui est plutôt sympa. Nous nous amusons d'une jeune femme blonde qui vient chercher des boissons et qui tente de le draguer ouvertement. Après m'être amusée pendant un bon dix minutes, je cherche ma grande soeur du regard étonnée de voir qu'elle n'est toujours pas revenue. Finalement, je la retrouve assise à une table VIP avec Tiago...encore ! Taylor n'apprendra jamais de ses erreurs je crois et c'est vraiment dommage. Mais bon, puisque nous sommes censé être en soirée "détente" et que ce qu'elle veut s'est être avec son casanova, je finis par rouler les yeux au ciel avant de prendre mes affaires et de me diriger à mon tour vers les toilettes. J'avais bu pas mal d'alcool de mon côté moi aussi, d'ailleurs je m'étonne moi même de ne pas être encore malade. Enfin, j'emprunte la porte qui je pense être la porte des toilettes et me retrouve dans un couloir un peu sombre. Peut-être que la lumière déconne, que les toilettes sont au bout ? Enfin, je fais quelques pas vers l'avant en tentant d'attraper mon téléphone dans mon sac pour utiliser la lampe torche quand j'entend la porte se refermer. Et merde ! Si en plus je reste coincé, je ne suis pas dans la merde ! Mais non, finalement je sens quelque chose...ou plutôt quelqu'un m'attirer vers elle ou lui afin de m'embrasser langoureusement. Bon d'accord, pendant un moment je savoure ce baiser il faut dire qu'il à les lèvres douces et qu'il embrasse plutôt bien. De plus, la façon dont il m'avait attrapé sans me laisser le choix je dois l'avouer m'excite. Je sens ses mains descendre le long de mes hanches, remontant ma robe légèrement pour se glisser en dessous. Après quelques secondes, je finis par le repousser, allumant la lampe torche de mon téléphone et la dirigeant vers son visage. "Mais c'est pas vrai je rêve ! J'avais juste envie d'aller aux toilettes et je me retrouve à me faire déshabiller par un inconnu en plein milieux d'une...une réserve ?" Entre l'alcool et cette histoire de dingue, j'avais du mal à m'y retrouver et surtout à trouver une explication logique à tout cela. " Attend, t'es pas le frère de Tiago par hasard ?" dis-je en l'observant de plus prêt et en lui collant la lumière dans les yeux. Voilà que je viens de me faire tripoter par le boss de la boite ! Merveilleux ! "Je présume que ce n'est pas moi que tu attendais. Dommage, j'ai gâché ton plan je crois. J'espère qu'elle n'était pas trop jolie, histoire que la pillule soit moins dure à avaler." Bon, même si je suis sur que ce type n'a pas de mal à se trouver une bimbo pour passer la nuit avec, je viens quand même de casser son plan. J'espère au moins que si la fille se pointe, elle ne commence pas à croire que des choses ce soit passées entre nous, même si il avait commencé à decouvrir mon corps à travers le tissu de ma robe il y a quelque minute.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Naissance : 14/03/1990
Age : 28
Messages : 138
Date d'inscription : 03/04/2018


MessageSujet: Re: J'aime les quiproquos ft Didi Lun 7 Mai - 20:24

♛ J'aime les quiproquos
paroles de chanson par ici, ou citation de votre choix.

▼▲▼

La jeune femme avait à peine ouvert la porte, qu’il l’avait attrapé. Presque sauvagement. Comme un mec en manque. En même temps, elle l’avait bien chauffé pendant plus de vingt minutes. Avec son décolleté plongeant. Sa poitrine généreuse. Et puis, il y avait sa façon de le toucher au-dessus du bar. Il fallait être aveugle pour voir d’autres signaux qu’une bonne partie de jambes en l’air dans la réserve. Voilà pourquoi, il n’avait pas attendu. On passe les préliminaires et on va à l’essentiel. Il n’avait pas l’intention de passer sa vie avec elle, autant faire vite. Pourtant, lorsque ses lèvres rencontrèrent celle de la jeune femme, il y avait quelque chose de bizarre. Plus petite ? Plus maigre ? Des formes plus généreuses ? Des lèvres plus envoûtantes ? Pourtant, il ne se posa pas plus de questions. Il était pressé. Le sexe. Rien que du sexe. Pas de questions. Pas de prises de tête. Sa main glissa sous la robe de la jeune femme, pendant que la jeune femme lui rend son baiser. Il faut reconnaître qu’elle s’y connaît. Sa langue caresse la sienne dans une danse très érotique. Pourtant, c’était tout ce qu’il a. D’un seul coup, elle le repousse, brutalement, avant d’allumer la lumière. Il dut cligner plusieurs fois des yeux. C’était quoi ce bordel. Pire qu’un tue l’amour. Il allait répliquer, lorsque ses yeux tombèrent sur une jolie jeune femme qui n’avait rien avoir avec la jeune femme du bar. Mais c’est quoi ce bordel ? Une blague ? Sans doute Liam qui lui jouait en mauvais tour. Pourtant, plus il la regardait plus elle lui semblait connue. Une ex ? Un plan cul ? Non, il n’oubliait jamais les femmes avec qui il couchait. Les noms, c’était une autre histoire mais pas un visage. Plus, il l’écoutait plus, il prenait conscience de la boulette qui venait de faire. Il y avait vraiment que lui pour se tromper de fille. En même temps, ce n’était pas sa faute, si elle était rentrée. C’était quand même une réserve ici. Elle avait qu’à demander son chemin. Le club n’était pas non plus un labyrinthe. Pourtant, ce fut sa question qui le frappa. Elle connaissait Tiago ? Cette fille devait être chiante à mourir comme son frère. Pourtant, elle l’avait embrassé. Il n’avait pas rêvé. Peut-être qu’elle avait besoin d’un peu de plaisir dans sa vie. Surtout si sa vie était aussi chiante que celle de son propre frère. « Ma beauté, tu avais peut-être l’intention d’aller aux toilettes mais tu m’as rendu mon baiser alors arrête de te plaindre. » fit-il en la repoussant pour sortir d’ici. Son désir était redescendu à moins cent. Autant sortit. « Et, je suis bien le frère de Tiago. Dis lui que je t’ai embrassé… ça le fera enragé que j’ai embrassé une de ses amies. » Toujours à vouloir chercher la bagarre avec Tiago. Il n’y pouvait rien. C’était comme ça depuis toujours et ça le serait sans doute à vie. Ils ne s’entendaient pas et ne s’entendraient jamais. Avant d’ouvrir la porte, il se retourna vers la jeune femme. Si elle était une amie de Tiago autant la mettre mal à l’aise, elle irait se plaindre à l’autre abruti. « Chérie, à côté de toi et de cette robe, elle ne t’arrivait même pas à la cheville. Dommage pour toi, tu aurais pu connaître l’extase. » Voilà comment, il passait pour le gros salaud de première, juste pour une guerre stupide avec son frère. Sans un dernier regard, il appuya sur la poignée de la porte. CLAC. Ça c’était le bruit de la poignée qui venait de se casser et de finir dans sa main. Bordel, il avait du faire des choses horribles dans son ancienne vie pour mériter ça. Le pire ? Il n’avait pas pris son téléphone portable. Après avoir mis mal à l’aise une pauvre jeune fille innocente, il devait maintenant lui demander son aide. Le karma. « Euh princesse, dis moi que tu as ton téléphone sur toi ? » dit-il en lui montrant la poignée dans ses mains.
CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: J'aime les quiproquos ft Didi Dim 13 Mai - 14:27



Floriano Thomas & Diana Evans

J'aime les quiproquos !


A peine avais-je passé la porte que je me suis retrouvé emporté vers l'avant avant que des lèvres viennent se poser contre les miennes pour m'embrasser. Je n'avais pas eu le temps de réellement réagir. Il faut dire que la seule chose que je m'attendais à trouver derrière cette porte, c'était des toilettes et non une personne prête à m'arracher mes vêtements. D'ailleurs, alors que je profitais de ses lèvres douces et plutôt douées posées contre les miennes, je sens les mains de la personne en face se balader sur mon corps. Il y avait bien des semaines que je n'avais pas sentis le corps d'un homme contre le miens, ni même des mains comme celle-ci se balader sur mon corps. L'envie de céder à la tentation était énorme, mais ma raison l'emporta lorsque je sens ses doigts se glisser sous ma robe. Je ne pouvais pas me laisser peloter de la sorte par un inconnu que je ne connaissais même pas. Pire ! Dont je n'avais même pas vu le visage. Je dégaine alors mon téléphone pour y allumer la lampe torche, avant de me mettre à lui crier dessus quand finalement je remarque qu'il s'agit du frère de Tiago, le type dont est folle amoureuse Taylor, même si elle ne l'avouera pas. "Tu m'as prise au dépourvu...et j'ai étais surprise...difficile de reculer lorsque des bras t'entourent et que des mains se baladent un peu partout sur ton corps tu sais. " dis-je lorsqu'il répliqua que je cherchais peut-être les toilettes mais que j'avais aimé ce qu'il m'avait fait, que je l'avais même embrassé en retour et donc que de m'emporter n'était pas nécessaire. Il me poussa pour tenter de sortir de la pièce, comme-ci rien ne c'était passé. C'est à ce moment la que je commence à le questionner sur son frère. Il me confirme bien être l'homme que je crois. Il ajoute que d'avouer à Tiago que son jeune frère m'a embrassé le fera enragé et j'en déduis que par conséquent cela lui plaira à lui de voir son frère s'énerver. Un peu comme Taylor avec Cameron. Mais ce qui m'avait le plus marqué dans sa phrase était le : « dis lui que j'ai embrassé une de ses amies. » . Euh...il se trompe complètement là. Si il savait comment je porte son frère en horreur. Ce type arrête pas de faire souffrir ma sœur. Encore une fois il est certainement en train de la peloter dans un coin de la boite, de lui promettre monts et merveilles et demain matin, lorsqu'il aura couché avec, il repartira sans lui donner de nouvelles jusqu'à la prochaine fois. "Euh...Désolé, mais je ne pourrais pas te faire ce cadeau. Ton frère et moi nous sommes loins d'être amis. En réalité, ton abrutit de frère est un ami de ma sœur." Je ne voulais pas en dire trop, on ne sait jamais il n'est peut-être pas au courant de la relation entre Tay et Tiago, surtout que d'après Taylor, il serait marié maintenant. Oh mon dieu, je suis compluce d'un adultère ! Je me suis un peu calmé, m'excusant d'avoir gâché son plan en espérant comme je lui ai dis que la fille n'était pas si jolie que ça histoire que ce soit pas le plan du siècle qu'il attendait et que cela soit plus facile à accepter pour lui. Alors qu'il était toujours en train de bricoler la porte pour tenter de sortir, il me dit qu'à côté de moi la fille ne valait rien et qu'avec lui j'aurais pu connaître l'extase si je l'avais laissé continuer. Je fronce les sourcils, mais alors que j'allais reprendre la parole, certainement pour l'insulter...un bruit attira mon attention de son côté et je le rejoins avant de finir par remarquer que la poignet de la porte lui était resté dans les mains. C'est à ce moment la qu'il me demande si j'ai mon téléphone sur moi. Je le montre mais au moment ou je tente quelque chose, il s'éteint. Plus de batterie. "Je rêve t'as pété la poignet et on a pas de téléphone prévenir quelqu'un ! " Tambouriner sur la porte en espérant qu'on nous entend est perdu d'avance. La musique est tellement forte...personne ne nous entendra. "C'est une blague comment on fait maintenant ? On est coincé ! Vous êtes vachement doués les frères Thomas dis donc." Je m'éloigne avant d'aller m’asseoir sur l'un des énormes cartons qui se trouve près de la lumière que laisse entrer une toute petite fenêtre. Entre Tiago qui ne perd pas une seconde pour faire tourner ma sœur en rond tout en la faisant souffrir et en jouant avec son petit cœur et son frère qui lui ne semble pas être doué que ce soit avec les femmes ou avec les portes. "Oh moins on a du champagne pour nous tenir compagnie. " J'attrape une bouteille à côté de moi. Cette réserve est remplit d'alcool. Je pourrais au moins profiter de ce moment pour boire à l'oeil sur son compte tant qu'on vienne nous sortir de là. Il me doit bien ça après tout, c'est lui qui venait de casser la poignet. "Laisse cette porte tranquille et vient boire du champagne avec moi. Ils ne nous entendront pas avec tout ce bruit...la meilleure chose à faire c'est d'attendre que quelqu'un vienne ou que la soirée se termine."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Naissance : 14/03/1990
Age : 28
Messages : 138
Date d'inscription : 03/04/2018


MessageSujet: Re: J'aime les quiproquos ft Didi Mer 4 Juil - 16:52

♛ J'aime les quiproquos
paroles de chanson par ici, ou citation de votre choix.

▼▲▼

Oh le bordel. Il n’y avait que lui pour embrasser la mauvaise fille et en plus s’enfermer avec elle dans une cave. Soyons honnête, il aurait pu tomber sur pire. Appelons un chat un chat. Il aurait pu tomber sur une moche. Ou sur mineur. Ou pire sur une vieille de quarante. Les couguars très peu pour lui. Du peu qu’il avait vu dans la pénombre, elle était plutôt mignonne. Et son corps parfait. Pour ne pas mentir, il avait bandé des que son corps s’était frotté contre le sienne lorsqu’il l’avait bloqué contre la porte. Et ses lèvres… Peut-être qu’avec le temps, elle accepterait quelques câlins. Ils y en avaient pour la nuit. Personne ne viendrait avant le lendemain. Il le savait. On prenait les bouteilles les plus chers qu’on mettait au frais avant la soirée et on ne venait que le lendemain verifier que personne n’avait mis les pieds ici. Pour voler. Pour batifoler c’était une autre histoire. La jeune femme avait tenté de se justifier. C’est bien des femmes ça. Il l’a prise au dépourvu. Eh oh, lorsqu’il se prend un pain au dépourvu, il riposte direct. Il attend pas d’être KO. S’ils allaient au fond des choses, elle ne l’avait pas repoussé lorsqu’il avait mis sa main sous sa robe, c’était lorsqu’il était presque arrivé à son mont de Venus qu’elle avait fait machine arrière. Peut-être qu’elle n’était pas rasée. Ou alors vierge. Le premier cas, il n’aurait pas peut-être pas utilisé sa langue. Dans le second cas, il aurait plus que ravi de défleurer cette fleur sexy. Pourtant, il ne dit rien. Il la laissa parler. Si elle arrive à se convaincre qu’elle ne voulait pas une bonne partie de jambes en l’air avec un parfait inconnu expérimenté : tant mieux pour elle. Pourtant, il fut plus intéresser par la suite de ses paroles. Une autre personne qui n’appréciaient pas son frère. L’enfant prodige n’avait pas que des fans. Alléluia. Il y avait des personnes saines d’esprit pour voir que son frère était un pauvre abruti. Pourtant, il n’eut pas le temps de riposter. La poignée de la porte venait de finir dans sa main. Non mais bordel. C’était parce qu’il avait dit du mal de l’enfant prodige qu’on s’acharnait contre lui ? D’abord, il n’avait pas pu assouvir son besoin. Et dieu seul sait que le corps de la jolie demoiselle l’avait excité. Et maintenant, il était obligé de rester là. Il se tourne vers elle. Son seul espoir. Son téléphone. D’habitude, il a le sien. Mais pour une bonne partie de jambes en l’air, il n’aurait eu nul part où le mettre. Autant le laisser dans son bureau. Il n’avait pas envisagé une minute, qu’il n’aurait eu ni baise, ni possibilité de sortir de cette cave. «Putain, me compare pas à mon frère. J’ai rien avoir avec cet abruti. » dit il lorsqu’elle osa le comparer à son frère. Il fallait qu’il se calme. Elle ne portait pas son frère dans son coeur, mais elle ne le connaissait pas encore. Il allait largement remonter le niveau. Grâce à la petite fenêtre, il la vit s’asseoir sur un carton et prendre une bouteille à cent dollars. La bonne nouvelle, c’est aurait pu prendre une à mille. Il s’avança vers elle, et lui attrapa la bouteille. « J’espère que tu fais pas partir de ces femmes qui refusent de boire du champagne à la bouteille parce que c’est pas classe ? » dit il en s’installant directement par terre, en face d’elle. « Surtout que c’est une bouteille à cent dollars. » dit-il en la débouchant. Il n’était pas barman pour rien. En deux-trois mouvements, il avait fait sauter le bouchon mais n’avait rien renversé. Le talent, les amis. « Alors dis moi. Mon frère, c’est ton ex ? Ou alors c’est un plan d’un soir mais il était tellement mauvais que tu lui en veux ? Par pitié dis moi que c’est croustillant ton histoire. Que je descendes le dieu de son Olympe. » dit-il en buvant une longue gorgé d’alcool avant de lui donner la bouteille. Mon dieu, le temps risque d’être long. « Et sinon, t’es sûre de pas vouloir coucher avec moi ? On va être là jusqu’à demain. On vérifie la réserve qu’en fin de soirée. » dit-il en rigolant. Il ne va pas la forcer. Il la taquine. Parce qu’il est comme ça Floriano. Il ne prend jamais rien au sérieux. « Je suis peut-être le pire mec de la terre. Je suis un gros con macho, dominateur et salaud mais je te jure que tu passeras la plus belle nuit de ta vie. » dit-il en rigolant de plus bel, avant de s’allonger sur le dos. Autant se mettre à l’aise, la nuit ne fait que commencer avec mademoiselle, je n’assume pas avoir kiffé me faire embrasser et toucher par un inconnu dans le noir.
CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: J'aime les quiproquos ft Didi

Revenir en haut Aller en bas
J'aime les quiproquos ft Didi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» artistes, illustrateur(trices) , peintres qu'on aime
» Souffleur-alcolique lvl 17 n'aime pas l'alcool )-:
» [RP] La vie est dure, quand on est maire et qu'on aime l'alcool ...
» Faust, l'homme qui aime le feu.
» Quand Murdoc n'aime pas quelqu'un...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love is Love :: The City of Portland :: Vie Nocturne :: Discothèque-
Sauter vers: